Lac de Caussade: la construction interdite se poursuit, la polémique aussi – 07/05/2019
– défiscaliser en loi PINEL

Lac de Caussade: la construction interdite se poursuit, la polémique aussi – 07/05/2019 – défiscaliser en loi PINEL

Remplissez le formulaire ci-dessous pour réduire vos impôts grâce à la Loi Pinel !



























Les articles récents en les avis en loi pinel

le plus
Entre l'État et les chambres de commerce, qui se rapportent au lac Caussade, dont les travaux se poursuivent aujourd'hui, il y a eu un point de non-retour. La consultation peut-elle continuer?

Mardi avant 9h00. Ils sont une demi-douzaine sur un vélo de matériel de construction ou sur un pansement. En théorie administrative, ces "travailleurs du lac" n'ont rien à faire sur le site. Depuis la dernière décision judiciaire, le site du réservoir Caussade Irrigation à Pinel-Hauterive a été interdit et déclaré illégal. Théoriquement, cette cour XXL de vingt hectares n'existe pas. Le fond du réservoir d'irrigation est rempli très ou très lentement. Hiver sans pluie, Caussade ne prend pas ton lit.

Patrick Franken est ici aussi. Ancien président du Groupement de coordination des agriculteurs de Lot-et-Garonne, ce producteur de prunes sèches d'Agen est également président de l'ASA Coteaux du Tolzac (*). Moins d'une demi-heure plus tard, la silhouette de Sergei Bousquet-Cassagne, président de la Chambre d'agriculture, apparaît dans la province. Deux hommes plaisantent, mais ils ne veulent pas parler. Ils font référence à une conférence de presse prévue jeudi à Agne.

Petit espace de manoeuvre

Contre l’État et ses représentants à Bordeaux et à Agen, contre les ministres de l’Agriculture et de l’Écologie successifs, contre les associations écologistes Sepanso et Sepanlog, la Chambre de commerce agricole et l’ASA sur les pentes de Tolzac se préparent à la chute. Invités à interrompre le chantier, que le droit administratif a contraint de mettre fin à un développement presque terminé, les promoteurs de ce réservoir d'irrigation ont montré dès le début leur intention d'aller au bout.

Que peuvent-ils dire? La question a été posée ce matin à Bousquet-Cassagne et Franken, n'a pas eu de réponse claire, le premier refusant d'entendre parler de l'illégalité. Cela a déjà été dit et cela se répète: au début de l'histoire, lors de la délivrance de la licence en juin 2018, le dossier était en ligne, un timbre à la légalité préfectorale de l'ancien régime, c'est-à-dire le préfet de Patricia Willaert. La demande de la Chambre d'agriculture s'arrête là: le projet a été approuvé, il l'est toujours. Pointbar.

Retirer le SDCI

Cependant, l'eau n'a pas rempli le lac, mais l'eau a coulé sous les ponts de la justice administrative. Un double message des ministres De Rugy (Ecologie) et Travert (Agriculture) a ouvert la balle. Dans ce compte à trois, le pays a gagné au dernier tour. À l'automne, la Chambre de l'agriculture et son partenaire, Irrigation Communities Association, ont déposé une plainte auprès du tribunal administratif afin d'annuler l'annulation de la première ordonnance préfective. Zaman. La décision d'avril de sceller l'avenir du projet, mais d'un point de vue strictement juridique. Les ennemis du monde agricole, et en particulier la coordination des campagnes, Sepanso et sa soeur cadette Sepanlog, ont également gagné le cercle judiciaire. Encore une fois, la force n'était pas une loi.

Après la chute, ICTS 47 a déclaré qu’il se retirait du projet. Un mineur dans la section, la FDSEA 47 a tourné le dos du fichier. La chambre d'agriculture du Lot-et-Garonne et l'ASA Coteaux du Tolzac peuvent compter sur le soutien d'élus locaux, de sénateurs, du président du conseil de comté ou de l'association des maires. En février, le président Jean Dionis (Agen) a accompagné la délégation à François de Rugy. Le ministre de l'Ecologie a également attiré l'attention sur la loi pour tous. Rien n'y fait. Depuis 2001, la Coordination agricole est prête à poursuivre la lutte. "Caussade sera rouge", a déclaré ce matin Patrick Franken, un guerrier.

(*) Union des syndicats


[rate]