ce qui va changer pour les locaux commerciaux
– Simulation en loi PINEL

ce qui va changer pour les locaux commerciaux – Simulation en loi PINEL

Remplissez le formulaire ci-dessous pour réduire vos impôts grâce à la Loi Pinel !



























(© RF)

Si la loi d'Alur multiplie les restrictions pour les propriétaires qui souhaitent louer une maison, sa sœur cadette, la loi "Pinel" sur l'artisanat et le commerce ne fait pas exception. Il vient d'être publié au Journal officiel le 18 juin. Cette loi définit tous les types de mesures tendant à maintenir le commerce et l’artisanat dans les centres urbains. La réglementation des baux commerciaux change, en faveur des locataires de murs commerciaux. Encore une fois, les investisseurs sont inquiets. Par conséquent, l'adoption par les membres de la loi de Pinel apporte toutes sortes de mesures pour la réforme du bail commercial, cette loi qui veut "mieux réglementer les relations de location de commerçants et artisans "C’est loin du bonheur des propriétaires du site Web de De Particulier a Particulier.

Qu'est-ce qui change?

La loi, en termes de baux commerciaux, contient six mesures de fond. Premièrement, les règles d'indexation des loyers ont été modifiées pour les rapprocher des baux. L'indexation des loyers ne fonctionnera plus conformément à l'ICC (indice du coût de la construction), comme c'est actuellement le cas, car, selon le ministre,Son évolution est séparée de la situation économique Il est remplacé par l'ILC (indice de location commerciale) ou l'ILAT (indice de rente tertiaire), qui lissera les variations de loyer annuelles ou triennales.

Contrôle du loyer réel?

Parfois, lorsque le bail est renouvelé, la valeur du bail peut changer et le loyer peut être sous-estimé. Dans ce cas, le propriétaire propose de renouveler le bail avec une augmentation de loyer qui pourrait être importante, précisément parce que les facteurs locaux de commercialisation ont changé. Cela peut être, par exemple, l’ouverture d’une nouvelle station de métro, la réhabilitation du quartier ou le passage de la rue piétonne. L'activité du revendeur peut être compromise par cette augmentation soudaine du loyer. En conséquence, la loi prévoit de limiter l’ajustement du loyer à 10% du dernier loyer payé. Ce lissage s'applique chaque année jusqu'à ce que la totalité de l'augmentation soit incluse dans le bail.

Autres mesures

Hier, le propriétaire et le commerçant n'étaient pas obligés de dresser un inventaire. A partir de maintenant, il devient obligatoire à l'entrée et à la sortie des lieux. Et puis, alors que les coûts de location augmentent sans que le locataire en comprenne vraiment les raisons, la loi exige désormais une liste des coûts de location facturés au locataire. Avec le contrat de location, cette liste doit faire l’objet d’un récapitulatif annuel qui permettra au locataire de connaître le détail des montants versés. Le cadre général déterminera, par décret, les charges qui ne peuvent être facturées aux locataires.

Un grand changement quand le propriétaire veut vendre son local

Lorsque le propriétaire souhaite vendre ses locaux commerciaux, il n'est pas obligé, comme pour les baux de logement, d'informer son locataire ou de lui donner la priorité. En vertu de la nouvelle loi, les locataires du commerçant seront désormais informés des conditions de vente prioritaires. En outre, il bénéficiera du droit préférentiel s’il offre une offre équivalente à d’autres clients potentiels.

Autres dispositions à retenir

Pour éviter les poursuites, les comités de conciliation chargés du bail commercial des départements pouvaient être utilisés, mais ils avaient une compétence limitée en matière de litiges relatifs à la vérification des baux. Cette limitation a conduit à de nombreux litiges. En conséquence, la loi prévoit l'extension des pouvoirs de ces commissions et la promotion de la médiation dans d'autres domaines, notamment en cas de litige relatif aux honoraires et au travail. Enfin, il était jusqu'à présent possible de déroger au régime de location commerciale obligatoire et de conclure un contrat de location non garanti non renouvelable d'une durée maximale de 24 mois. La loi de Pinel étendra le bail de retraite de 2 à 3 ans, ce qui devrait permettre aux jeunes entreprises de tester leur projet.


[rate]